Isabelle ne découpe pas, ne colle pas, ne peint pas…. elle écrit.

Elle sublime ses émotions par l’art de l’écriture. Ses maux, ses mots deviennent de la poésie et sont les témoins d’un itinéraire d’une femme enfin libre.

Isabelle est une amie.. et nous explorons de pouvoir travailler ensemble sur un livre où se mèleraient ses mots et mes couleurs… à suivre !

Le 8 décembre 2012, Isabelle, grenobloise d’adoption, a dédicacé son recueil de poésie A l’encre de soi dans une librairie de son Ardèche natale.

Dédicace en images :

A l’encre de soi – Poésie – Isabelle Farge, en résumé :
Descendante d’une célèbre épistolière de la littérature française du XVIIe siècle, l’auteur nous plonge dans un univers poétique qui déchire le voile des apparences pour aborder les rivages d’un monde empli d’émotions, de ressentis et de sensations. A la manière d’un peintre impressionniste, elle retrace par petites touches la courbe d’une vie parsemée d’ombre et de lumière. Elle expose les doutes, les joies et les tristesses profondes qui émaillent la trame de nos existences ordinaires. Cette traversée en profondeur dans l’océan de nos émotions sublime notre part d’ombre pour faire renaître à la source, l’authenticité, la beauté de la vie et un chant de l’âme.

La presse en parle :

Extraits : L’île de la réunion

Effrayée par sa propre torpeur,

Qui engourdit doucement ses sens,

et lui vole l’essentiel,

elle s’est un jour fait cette promesse,

comme une bouteille à la mer,

un appel à la vie,

de se reconstituer,

un soir d’océan,

au féminin et au masculin,

d’elle à lui,

d’elle à elle,

laissant ainsi sa trace sur l’écume des jours,

dans une exquise complétude,

Enfin une,

sur cette terre de réunion.

 

Pour contacter Isabelle Farge

Vous aimerez aussi :

4 commentaires.

  1. Coccinelle dit :

    Quelle belle idée un lézard mandarine à l’encre de soi ! A très vite à toutes les deux,

    Cécile

  2. marc dit :

    Quelle belle aventure que de mettre de la couleur douce sur les mots doux. Que 2013 soit l’abondance de mots colorés.

  3. titou dit :

    La beauté des textes d’Isabelle est l’exacte traduction de celle de son coeur. Au travers de ceux-ci, elle dépasse l’horizontalité des expériences de sa vie par la verticale de sa sensibilté poétique.
    Merci à Florence que je ne connais pas mais qui promeut la beauté.
    Un presque-anonyme

Laisser un commentaire